Subscribe

* indicates required
Newsletter

Guide : les indicateurs à observer quand on veut acheter un hôtel

  • 28/03/2022
  • HÔTELLERIE, INVESTIR

Bonjour à toutes et tous,

Acheter un hôtel n’est certainement pas un acte anodin pour l’investisseur/entrepreneur. Pour faire le meilleur choix, il convient de pouvoir analyser la situation de l’actif que vous convoitez avec méthode et efficacité. 

Dans cette optique, nous vous recommandons de consulter une série d’indicateurs et d’informations très simples. Ces éléments vous permettront d’estimer la valeur réelle du fonds de commerce de vos rêves et d’identifier si oui ou non il correspond à vos attentes. 

Ce faisant, vous pourriez même parvenir à saisir des opportunités conséquentes !

Savoir consulter et interpréter un maximum d’indicateurs clés pour faire le tri avant de passer aux visites est essentiel. Au moins pour gagner du temps et connaître les dossiers qui valent le coup et ceux qu’il vaut mieux laisser de côté.

Excellente lecture ! 

Les indicateurs de base à maîtriser avant d’acheter un hôtel

Le chasseur d’hôtels néophyte se doit de maîtriser un petit contingent de chiffres simples mais très efficaces. Bien sûr, il ne s’agit pas d’un rapport exhaustif, mais d’exemples de données qu’il vaut mieux connaître.

Taux d’occupation

Le taux d’occupation est une donnée essentielle de votre étude hôtelière. Il vise simplement à estimer le volume d’occupation des chambres d’hôtels sur une période donnée. Cela permet d’avoir une vue précise sur l’attractivité de l’activité et/ou d’identifier des biais de saisonnalité éventuels. Idéal pour un gérant qui souhaite orienter au mieux sa gestion des coûts. 

Dans l’idée, plus sa moyenne annuelle est proche des 100%, plus la qualité (au moins financière) de l’hôtel que vous souhaitez acheter est avérée. À titre informatif, en France le taux d’occupation moyen en 2019 était de 64.

RevPar

Le RevPar (revenue per available room ou encore revenu par chambre disponible) est un indicateur avancé fondamental en hôtellerie. Il permet de connaître la rentabilité des chambres à disposition au sein d’un hôtel. Plus le RevPar est élevé, plus le business a de chances de prodiguer une valeur ajoutée conséquente. Bien sûr, il ne faut pas s’y fier à 100%, puisqu’il faut aussi compter les coûts d’exploitation de l’hôtel… Mais il permet d’estimer assez fidèlement le rapport entre la dépense moyenne du client et le taux d’occupation des chambres.

TRI

Le taux de rentabilité interne (ou TRI) est l’indicateur essentiel de l’investisseur. Il permet d’estimer, sur une période donnée, la rentabilité globale annuelle (valorisation du fonds au fil du temps, revenus compris) que l’hôtel que vous souhaitez acheter délivre. Un TRI de 10% sur 7 ans indique que votre rentabilité annuelle totale sur 7 ans est de 10%/an. 

Nombre de chambres

Le nombre de chambres d’un hôtel est un facteur déterminant pour valoriser votre fonds de commerce et orienter votre choix. Dans l’idée, plus le nombre de chambres est important (capacité d’accueil) dans un hôtel, plus il sera en capacité de délivrer un taux de rentabilité élevé. Logique, étant donné que les frais de gestion ne sont pas nécessairement proportionnels au nombre de chambres, et peuvent être optimisés malgré des volumes plus élevés : les charges étant liées aux frais de personnel augmentent peu et le coût des locaux encore moins. En effet, Un réceptionniste peut très bien s’occuper d’un volume de 20 chambres comme de 40 ! Le seul bémol concerne les frais de ménage bien sûr. 

À Paris, voici les chiffres que nous pouvons constater par exemple :

Hôtel 2 étoiles avec 30 chambres = rentabilité moyenne de 45%

Hôtel 2 étoiles avec 60 chambres = rentabilité moyenne de 55%

L’emplacement et le plan de l’hôtel

S’il y a bien un facteur primordial à évaluer quand on cherche à acheter un hôtel, c’est son emplacement géographique. Qu’il soit dans une rue principale au centre-ville ou légèrement excentré, ces caractéristiques influent sur l’état du fonds de commerce, mais aussi sa valeur. Par exemple, à Paris, un fonds se vend en moyenne 4.26 fois (4 à 6) son chiffre d’affaires, tandis que dans les 10 autres plus grandes villes de France, ce chiffre se situe plutôt entre 2 et 3. L’indice est plus faible, de 1 à 2 fois le chiffre d’affaires pour le reste du pays !

L’emplacement déterminera si on se situe plutôt dans la fourchette basse ou la fourchette haute.

Si vous parvenez également à vous fournir un plan de l’hôtel que vous analysez, vous pourriez être en mesure de comprendre beaucoup d’éléments fonctionnels assez vite et savoir si le fonds correspond à vos attentes ou non. 

Le nombre d’étoiles 

Paradoxalement, en moyenne, le taux de rentabilité diminue au fil de la montée en gamme. L’investisseur focalisé sur les performances préférera donc un hôtel 2 étoiles avec 50 chambres plutôt qu’un hôtel 3 étoiles avec le même nombre de chambres. 

Même si les chambres sont plus chères, elles s’accompagnent de coûts d’entretien et de personnel plus élevés !

Consulter le bilan pour acheter un hôtel en toute conscience

Consulter le bilan (actif/passif) de l’hôtel que vous souhaitez acheter est un passage obligatoire. Là-dessus, vous devez maîtriser des bases comptables essentielles ou vous faire aider par des professionnels. 

Sachez quand même que partir à la conquête des marchés chahutés pendant quelques années et qui tiennent le coup est parfois un bon plan : en scrutant les fondamentaux de votre fonds de commerce en hôtellerie et en analysant les bons ratios de valorisation, vous saurez prendre des risques mesurés.

Du fait de la crise de l’hôtellerie (qui ne date pas d’hier, avec AirBnB et d’autres acteurs qui challengent en permanence le business model des hôtels), vous constatez en règle générale des fonds qui après des années de nécessaire discipline financière vous délivrent des bilans très sains et rassurants pour la suite. 

Nous vous conseillons en la matière de vous entourer correctement et d’étudier la situation avec des analystes professionnels comme ceux que nous avons chez Huchet-Demorge.

Acheter un hôtel : s’informer du mouvement des gros poissons sur le marché cible et être proche de ses acteurs

S’informer régulièrement des mouvements des “gros poissons” (fonds d’investissement, gros groupes etc.) permet de se donner une idée de la situation du marché et de perfectionner son timing d’entrée. 

Comme vu dans Les Echos, un conglomérat (le groupe Bertrand, Oceania Hôtels et Jean-Claude Lavorel) a racheté le 25 juin 2021 six hôtels de catégories 3, 4 et 5 étoiles du groupe JJW pour un montant total estimé à 175.5 millions d’euros. De quoi envoyer au marché des signaux de confiance appuyés.

Jean-François Demorge précise même :

“Pour ce lot, l’administration judiciaire a reçu 156 offres formulées par des fonds d’investissement vautours, persuadés d’en tirer un bon prix. Sa valorisation a envoyé un signal très positif au marché en démontrant que malgré la crise, les hôtels ne se bradent pas” 

Enfin, l’idée est de s’entourer correctement de personnes qui connaissent le marché cible pour obtenir les bonnes informations et se “mettre” convenablement dans le bain. 

Historique des résultats passés de l’hôtel cible (mais ne présument pas des performances futures)

Consulter l’historique des comptes de résultat est essentiel pour toute personne désireuse de faire l’acquisition d’un fonds de commerce. Il permet de constater des tendances et participe au travail d’estimation des performances qu’on peut attendre pour le futur. Bien sûr, les performances passées ne présument jamais des performances futures, mais elles permettent de donner des informations complémentaires et d’orienter une prise de décision. 

S’intéresser à l’économie locale et au contexte : le cas parisien (ici à celle de Paris)

Enfin, vous devrez faire une dernière chose. Quand vous souhaitez acheter un hôtel, vous décidez en général de vous restreindre à une zone géographique. Vous devez absolument connaître les particularités du marché de votre zone, et de son économie avant de vous lancer dans l’achat d’un fonds de commerce. Vous pourrez comparer les chiffres avec ceux de la zone géographique visée, pour ainsi comparer “ce qui est comparable”. Dans ce contexte,  certaines villes sont plus rentables que d’autres. Si vous visez le marché parisien, vous savez que vous aurez des chambres plus réduites et que les fonds de commerce seront bien plus chers que dans d’autres villes de France ! 

Les hôtels à Paris

Les hôtels parisiens ont quelques particularités :

  • Chambres plus petites que la moyenne des autres villes de France
  • Pénurie structurelle (3243 hôtels en 1987 et 1800 hôtels en 2022)
  • Fort taux d’occupation par rapport à la moyenne nationale (80% en 2019)
  • Plus chers que le marché des autres grandes villes

Ces particularités de votre marché doivent être connues. Chaque ville a ses caractéristiques, résultat de siècles d’histoire et d’une culture bien à elle !

L’économie parisienne : scruter l’évolution du trafic aérien pour se donner un niveau de l’état de santé

L’hôtellerie parisienne est un secteur cyclique qui est très lié à l’évolution du tourisme mondial. Plus votre secteur géographique se situe en zone mondialisée, plus il sera réceptif au contexte macroéconomique.

Les résultats de l’hôtellerie parisienne sont en règle générale un reflet assez net de l’état de la situation touristique mondiale. L’indicateur à surveiller régulièrement est donc le flux des échanges internationaux. Il peut être constaté grâce à l’évolution du trafic aérien. A minima, il est possible aussi de consulter la tendance de la consommation d’hydrocarbures (même si avec la transition énergétique, cet indicateur risque bientôt d’être désuet), qui indique grossièrement la situation de l’activité économique mondiale. 

Comme Paris est un marché international, il est aussi beaucoup plus facile de consulter les mouvements des gros acteurs et de s’informer ! 

<H2> Passer à la visite : se faire accompagner pour acheter son hôtel </H2>

Après avoir fait votre travail de bureau et avoir découvert les fonds qui correspondent à vos besoins, il va falloir passer à l’étape la plus ludique : la visite ! 

Mais tous les conseils que nous avons évoqués ne sont que génériques et ne permettent pas de vous faire une idée précise de la situation de l’hôtel que vous convoitez. Nous vous suggérons donc de toujours vous tourner vers des professionnels du secteur qui pourront aiguiller vos recherches et vous accompagner dans tout votre cycle d’achat. Si ce cycle concerne le marché parisien, Huchet-Demorge se tient fermement disponible pour vous !